Paul Eloi se place sur la plus haute estrade des courbes économiques. Il est un jeune cadre, sportif,  aveuglement confiant dans les bienfaits du système. Il applique toutes les lois favorables à l’entreprise associant sa situation d’accomplissement matériel au résultat de la hausse d’une de ces courbes. Il représente le grand mythe du libéralisme ascendant la courbe positive du travail. L’inversion de la courbe raconte la montée et la chute d’un homme ayant pour but de se maintenir au plus haut de la pyramide sociale tel un funambule ivre de fatigue.

La quête identitaire de cet homme crédule et productif nous accompagne tout au long de la pièce exposant un point de vue clair et récalcitrant : pour réussir, il faut se battre jusqu’à devenir le premier. Le récit de Paul est l’histoire d’un homme qui perd son identité en perdant son travail. Il ne parvient pas à inventer la recette modèle qui lui permettrait de produire une hausse spectaculaire de la courbe ; Il nous fait découvrir le déséquilibre. Les différentes sphères de sa vie, ses loisirs, sa famille, ses amis sont progressivement consommés par le travail, finalement toute sa personnalité correspond à celle d’un directeur de ventes, il vit pour produire. La sobriété du décor renforce la beauté du récit intime de la vie de Paul. Nous sommes souvent plongés dans le noir de ce quotidien qui suggère la dépouille personnelle. L’écran placé au fond de la scène propose l’atmosphère moderne qui évoque la solitude de l’individu face au déclassement social progressif. Les objets scéniques sont rares, un vélo statique et quelques chaises remplissent avec justesse la scène au profit d’une disposition de l’espace qui insinue élégamment le décor de chaque scène, le bureau, la salle de gym, la banque, entre autres.

gggdfsd

Paul tente de comprendre les enjeux de son poste de directeur au milieu d’un vacarme d’anglicisme techniques qui révèlent la perte de ses possibilités face à la concurrence. Il est dépassé par les réponses que sa propre vie lui apporte. Le regard intelligent de Paul démantèle et expose le discours institutionnalisant. Nous distinguons les deux principales caractéristiques d’un employé modèle. Il fait un éloge quotidien de la difficulté et a une allure sportive accompagnée d’une attitude tonique de guerrier. D’une part, le récit de la vie de Paul désarticule le message systémique de schématiques de réussite et de la domination pyramidale, et d’autre part, il révèle un discours construit autour du ridicule de l’amalgame entre la vénalité du guerrier et la résistance d’un sportif professionnel. Un homme est un sportif mais un sportif n’est pas un homme ! La caricature de certains personnages compose un portrait effrayant du système. La réussite de cette mise en scène est due à la virtuosité de quatre acteurs capables de jouer plusieurs personnages, leur versatilité génère une polyphonie de sens nous permettant ainsi de vivre l’effondrement de l’homme et la perte de ses relations personnelles entouré de voix qui l’ignorent. Paul, isolé, dévoile le problème de dépendance entre l’État et le système bancaire. Il ne peut accéder à l’aide du gouvernement par le privé, il lui faut du temps.

L’inversion de la courbe est une pièce écrite grâce à la collaboration de témoignages de l’association des Frères des Petits Pauvres. Elle réécrit ingénieusement le mythe moderne de l’homo economicus. En somme, nous recommandons vivement L’inversion de la courbe par son écriture éveillée et son regard bienveillant sur l’homme. Vous allez être profondément touchés par le travail et le regard qu’elle propose.

DISTRIBUTION 

Texte et mise en scène Samuel Valensi

Avec le regard de Brice Borg

Avec Michel Derville, Paul-Eloi Forget, Alexandre Molitor et Maxime Vervonck

Création lumières Anne Coudret
Assistée d’Angélique Coudret
Création vidéo et motion design Alexandre David
Musique Léo Elso et Samuel Valensi
Scénographie Julie Mahieu

Du 07 janvier au 26 février 2018.

Au Théâtre de Belleville.

6 Réponses

  1. jakewonder

    Cest un réel plaisir de suivre vos réflexions. Les interdépendances entre i) une dynamique dexpansion ou une stagnation voire un rétrécissement des marchés à léchelle mondial, ii) un coût de lénergie autorisant ou pas selon la flexibilité des sociétés la substitution du travail par des machines ou robots et iv) un coût des transactions en voie de numérisation rapide, ces trois éléments dessinent effectivement des courbes qui font penser à lencéphalogramme dun fou. Aussi votre crainte à propos des ordinateurs programmés comme des moutons à linstar de leurs maîtres banquiers ou traders est très raisonnable. Cela étant si les planètes salignent cela voudrait dire que linflation reprend, que le marché mondial sétend, que la productivité (résultats des « ii et iv » favorables) augmente toujours et que les capacités sont utilisées à des taux supérieurs. Toutefois il y a dans lair un grand changement dans les sources dénergie. Comment va-t-il progresser? Quel impact sur la productivité? Donc sur les profits. Celui qui prévoit lavenir ment dautant plus quil ne connaît ni les décisions monétaires de lAmérique ni l’appétit du monde pour le dollar comme vous le faisiez remarquer! Vos courbes sont très intéressantes.

    Répondre
  2. gfrescas

    Cest un réel plaisir de suivre vos réflexions. Les interdépendances entre i) une dynamique dexpansion ou une stagnation voire un rétrécissement des marchés à léchelle mondial, ii) un coût de lénergie autorisant ou pas selon la flexibilité des sociétés la substitution du travail par des machines ou robots et iv) un coût des transactions en voie de numérisation rapide, ces trois éléments dessinent effectivement des courbes qui font penser à lencéphalogramme dun fou. Aussi votre crainte à propos des ordinateurs programmés comme des moutons à linstar de leurs maîtres banquiers ou traders est très raisonnable. Cela étant si les planètes salignent cela voudrait dire que linflation reprend, que le marché mondial sétend, que la productivité (résultats des « ii et iv » favorables) augmente toujours et que les capacités sont utilisées à des taux supérieurs. Toutefois il y a dans lair un grand changement dans les sources dénergie. Comment va-t-il progresser? Quel impact sur la productivité? Donc sur les profits. Celui qui prévoit lavenir ment dautant plus quil ne connaît ni les décisions monétaires de lAmérique ni l’appétit du monde pour le dollar comme vous le faisiez remarquer! Vos courbes sont très intéressantes.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.