Dernière œuvre de fiction de Simone de Beauvoir, La femme rompue, qui n’est pas une mais trois – puisque le recueil comporte trois nouvelles, trois portraits de femmes distincts – paraît en 1967. Monologue, qui constitue la trame de la pièce jouée au théâtre Hébertot, est, de cet ensemble, le seul morceau qui se soit prêté à des adaptations, qu’il s’agisse du cinéma (Le monologue de la femme rompue par Jacques Doazan en 1988) ou du théâtre (mise en scène de Steve Suissa en 2007). L’interprétation qu’en donne Hélène Fillières s’inscrit donc dans une trajectoire de lecture et réécriture du texte, trajectoire surprenante dans la mesure où justement l’auteure à l’origine avait pâti d’une relative désertion de son œuvre. La date de publication, 1967, compte beaucoup dans l’idée que les spectateurs peuvent se faire aujourd’hui d’un contenu qui aborde des questions telles que le divorce, la garde des enfants, du point de vue d’une épouse délaissée et qui revendique de ne plus l’être : il y a comme un paradoxe, cinquante ans plus tard, à cette posture, l’on s’attendrait évidemment à un tout autre discours, celui d’une libération, d’une distance assumée, alors qu’il s’agit plutôt d’une volonté de retour en arrière, l’état d’équilibre étant perçu comme celui d’une famille conforme aux schémas sociaux dominants. En effet, ce que Simone de Beauvoir démontre est qu’une femme, construite depuis l’enfance selon cette attente, le mariage et la maternité, une femme qui n’a aucune indépendance économique, ne peut survivre à une cassure aussi violente pour elle que celle de la mise au ban du cercle familial. L’identification semble alors compliquée avec ce personnage seul en scène ressassant une histoire qui ne paraît plus nous concerner.

(photo by Pascal Victor/ArtComArt)

(photo by Pascal Victor/ArtComArt)

Pourtant, ce serait une erreur de jugement que de faire de ce texte un texte démodé, voire dépassé, dans la mesure où il recèle bien autre chose : la construction en escalier, qui dissémine lentement les informations, oblige à une permanente concentration. La reconstitution morceau après morceau de ces lambeaux de vie s’entend comme un des points forts de l’argumentation, c’est cela la rupture, non seulement la blessure, la lassitude, mais la fragmentation, la dissolution de soi. L’héroïne crie, affirme avec entêtement qu’elle est un modèle de mère, d’épouse, n’y croit pas mais s’obstine, parce que son seul recours tient à sa rage, dans cette solitude à laquelle elle est désormais condamnée, loin de son fils dont elle n’a pas obtenu la garde, de cet homme qui l’a blessée mais qu’elle semble appeler toujours, la seule unité, la dernière unité, c’est de construire l’humanité en deux camps celui des autres, de tous les autres, ingrats, vils, maudits, et le sien, où régner seule dans une pureté et une vérité inébranlables. En ce soir du 31 décembre « ils » s’amusent, heureux sur commande, « elle » cherche le sommeil, réprouvée mais juste.

(photo by Pascal Victor/ArtComArt)

(photo by Pascal Victor/ArtComArt)

Voilà ce que campe Josiane Balasko – encore que le verbe camper soit ici malvenu puisqu’elle joue presque constamment allongée, sur un divan orange seule lumière dans cet environnement obscur et ce pyjama noir – : un modèle qui n’en est pas un mais qui s’accroche désespérément à l’illusion d’en être un afin de ne pas sombrer tout à fait après l’épreuve. Ou plutôt les épreuves, car le divorce n’est pas l’épisode le plus terrible traversé par cette femme qui endura d’abord le suicide de sa fille. L’actrice doit donc s’emparer d’un texte haletant, d’où s’exhale une souffrance si continue qu’elle n’a de choix que dans l’accusation, la forme est vindicative, le langage cru, un argot d’hommes puisque pour braver une société qui vous dénie toute place il n’y a de choix qu’à emprunter les codes adverses. Le rôle est difficile, le pari sur cette nouvelle est lui aussi difficile, tout ne passe pas, mais peut-être notre incertitude vient-elle de ce qu’à ce genre nous ne sommes pas rompu·e·s.

D’après MONOLOGUE extrait de LA FEMME ROMPUE de SIMONE DE BEAUVOIR
Avec Josiane Balasko
Mise en scène Hélène Fillières

Lumières Éric Soyer
Costumes Laurence Struz
Scénographie Jérémy Streliski
Création musicale Mako
Assistante à la mise en scène Sandra Choquet

Jusqu’au 24 mars 2018

Au Théâtre Hebertot

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.