C’est un texte original et surprenant que le spectateur découvre dans l’atmosphère feutrée et intimiste d’un petit théâtre qui permet de rapprocher la comédienne de son public, comme si la figure auguste du Président descendait de son piédestal pour être au milieu du peuple à l’écoute dans une douce obscurité. On est loin de la caméra des journalistes et du mitraillage médiatique des photographes au milieu de la musique et des flashes. Au contraire un dialogue personnel et touchant se noue entre une femme simple (quelle surprise…) qui va occuper le devant de la scène politique et se livre dans un long discours-confession programmatique.

Mettant son cœur et sa vie à nu avec toutes les prises de risques que cela comporte, elle s’adresse avec spontanéité à ses électeurs, ses concitoyens dans un monologue varié. Le décalage est grand dans la mesure où il s’agit d’une femme qui livre sa vision du monde, sa philosophie de la vie et de la politique au carrefour de l’Histoire et de l’humain. Son discours est généreux, à certains moments lyriques, passionnés, à la limite de l’utopie ou d’une idéalisation sans naïveté ni optimisme béat. En effet rien n’est parfait en ce bas-monde qui n’est pas le meilleur des mondes possibles. La plongée dans le passé, le récit de vie et de formation confèrent un visage humain, qui plus est féminin, à ce qui est habituellement une haute fonction officielle dont on ne perçoit que les flonflons et les paillettes.

Cette femme reste longtemps seule, en coulisse, avant de monter sur l’estrade et de prendre le micro. Vêtue d’une robe de chambre qui la réchauffe et la protège, elle savoure son thé et un doux moment de tranquillité et de partage d’idées. Toute une époque défile avec les portraits attachants des proches qui dans sa jeunesse l’ont formée et aidée à grandir, le spectre de la guerre étant toujours présent. Femme de science et de cœur, cette femme politique rare aux grandes aspirations a un souffle lyrique contagieux. Un spectacle aux accents de vérité pleins de sincérité qui fait réfléchir et rêver et qui adoucit les aspérités de la réalité de notre monde contemporain.

Interprété par Claudine Guittet
De Roger Lombardot
Mise en scène : Chantal Péninon
Compagnie Vue sur scène

Du 16 janvier au 6 mars 2019, mercredi 21h30.
Au Théâtre La Croisée des Chemins

Au Festival d’Avignon du 4 au 23 juillet 2019.

ss

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.