« Deux Mètres de liberté » est le second spectacle de Réda Seddiki après « Lettre à France » qui a obtenu bien des éloges. Ce nouveau seul-en-scène se joue également au Théâtre de La Nouvelle Seine tous les mercredis à 20h.

L’ouverture se fait avec Réda qui nous emmène aussitôt, encore une fois, en Algérie, chez Omar ! Et oui, le même Omar qui nous a si bien accueillis la toute première fois et qui nous a aimablement servis du thé : Il n’a pas l’air d’avoir changé, Tlemcen non plus !

Au fur et à mesure du spectacle, on se rend vite compte que la trame du récit est la même que celle de son premier spectacle car il est toujours question de ce déchirement entre l’Algérie et la France, de la terre mère quittée pour cette autre terre terriblement séduisante, à l’image d’une belle femme qui nous arrose d’espoir et qu’on aimerait suivre sans se retourner. On y trouve également beaucoup de dérision, d’ironie et de subtilité au moment de retracer les aventures, les espoirs et déceptions de ce jeune homme qui est parti un jour la tête pleine de rêves à la conquête du monde, du moins de la France. Bon sens, perspicacité et pragmatisme sont eux aussi au rendez-vous, ce qui nous permet de nous identifier aux différentes situations quotidiennes d’un point de vue purement cartésien.

Le spectacle est léger et drôle et raisonne chez un public de tous les âges, spécialement chez les jeunes gens qui ont un jour été ou sont encore étudiants, et qui ont quelque part ce même parcours que Réda car il contient de l’histoire et des topoï fidèles des deux sociétés et des divergences culturelles.

Il est cependant notable que lorsqu’on a déjà assisté à « Lettre à France », il est indéniable que nous ressentions fortement ce caractère redondant du jeu et du texte. En ce sens, nous aurions aimé y trouver de la nouveauté. On attend donc curieusement un troisième spectacle.

Du 01 Mars au 29 mars 2017
A la La Nouvelle Seine

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.