Fosse Thornton

Est-ce que l’un d’entre nous est vraiment pressé de grandir ? La foule animée du Théâtre National mercredi soir répondrait par un « Non ! » retentissant. Broadway at the National présente actuellement une nouvelle adaptation de Peter Pan la comédie musicale, réorganisée par la célèbre dramaturge Larissa FastHorse. Cette nouvelle version de l'original propose quelques nouveaux numéros et des mises à jour intelligentes tout en restant fidèle aux classiques éprouvés. Si l'on en croit les applaudissements nourris lors du premier envol de Peter sur scène, cette génération de spectateurs est tout aussi intéressée par Peter et son histoire qu'elle l'était en 1989.

Une grande partie du nouveau matériel fonctionne plutôt bien, comme « Friends Forever » – un numéro mettant en vedette Tiger Lily, son équipe et Peter Pan and the Lost Boys. Remplaçant le « Ugg-a-Wugg » incroyablement daté et offensant, « Friends Forever » est joué à la fin de l'acte I et sert de dispositif d'intrigue pour rassembler nos pistes bien-aimées en un seul endroit afin qu'ils puissent former une alliance – et avoir un danse. Accrocheur et riche en chorégraphies, « Friends Forever » est un excellent exemple de la façon dont l’intention originale ne doit pas nécessairement signifier inflexibilité. Ce nouveau numéro est à la fois techniquement meilleur et respectueux, plutôt que paresseux et ignorant.

D'un autre côté, l'autre nouveau numéro est une courte reprise du célèbre « I Won't Grow Up » des Lost Boys au début de l'acte II – intitulé « We Hate These Kids ». On se demande si ce numéro — interprété par les Pirates devant le rideau — a été créé pour augmenter le temps d'exécution ou permettre un changement de décor. Rien de substantiel n’en est sorti à part quelques rires, et cela n’a pas réussi à ajouter de moments de caractère tangibles pour les Pirates. Pourquoi chanteraient-ils quelque chose de similaire aux Lost Boys ? Les Pirates sont fiers de n'avoir que peu ou rien en commun avec les enfants et considèrent les Lost Boys comme leur ennemi juré. Dans la partition, chaque numéro initié par les Pirates en tant que groupe existe en dehors du récit principal et sert de méta-exposition ou est un véhicule pour les plans diaboliques du capitaine Hook. « Nous détestons ces enfants » s'éloigne nettement des chiffres axés sur les personnages que nous attendons des Pirates et finit par être plus déroutant qu'autre chose.

Techniquement, Peter Pan au National est une merveille. Le chorégraphe des séquences volantes, Paul Rubin, a clairement consacré de nombreuses heures à s'assurer que les acteurs sont à l'aise lorsqu'ils sont soulevés et abaissés sur leurs fils, et les nombreux backflips exécutés par Nolan Almeida alors que Peter ont incité le public à en réclamer davantage. Les projections conçues pour le vol de John, Michael, Wendy et Peter vers Neverland étaient magnifiquement détaillées, emmenant le public dans un tour de montagnes russes à travers Londres. Le concepteur de projection Bavid Bengali doit être félicité pour un concept aussi intelligent.

Les décors étaient également magnifiques, et il était impossible de ne pas laisser échapper un cri lorsque les nombreuses plates-formes vertes moussues qui composent la cachette des Lost Boys arrivaient. La scénographe Anna Louizos a fait un travail remarquable en plongeant le public directement dans au cœur de Neverland.

Les acteurs les plus remarquables sont venus de partout, parmi lesquels Hawa Kamara dans le rôle de Wendy et Cody Garcia dans le rôle de M. Darling/Capitaine Hook. Kamara a absolument brillé sur scène avec un sérieux magnifique et un timing comique précis. Wendy est un contraste très nécessaire avec les Lost Boys maladroits, et Kamara a joué à merveille les rôles de logicienne et de grande sœur. Garcia était un excellent capitaine Hook, même si le choix d'adopter un accent écossais prêtait à confusion. La performance par ailleurs nuancée de Garcia a été gênée par la direction de Lonny Price ; leur M. Darling était trop éloigné de leur capitaine Hook. Il y a une très bonne raison pour laquelle l'acteur qui joue M. Darling double pour Hook : les enfants de Darling le voient comme un méchant dans l'acte I. C'est pourquoi, lorsque les enfants rentrent à la maison, nous voyons un père complètement changé. Garcia est clairement un artiste talentueux ; on aurait aimé que le réalisateur Lonny Price passe plus de temps avec les acteurs pour discuter des thèmes sous-jacents.

L'enjeu était un énorme écueil pour cette production : l'histoire de Peter Pan est magique et effrayant. Le personnage de Peter peut être à la fois merveilleux et tyrannique, Hook peut être à la fois charismatique et impitoyable, les Pirates peuvent être à la fois maladroits et assoiffés de sang. Les versions les plus intéressantes du roman de JM Barrie sont celles qui n'ont pas peur de mettre le jeune public au défi de réfléchir à ce qu'il voit. Cette production a décidé de balayer (ou de laisser de côté) la déclaration de Pan : « Cette fois, c'est Hook ou moi ! », l'un des Lost Boys demandant à Peter de le tuer après avoir découvert qu'il avait tué Wendy Bird, liant Tiger Lily à Marooners Rock. et la laissant pour morte, la phrase de Peter « Mourir sera une très grande aventure », la phrase du Garçon Perdu « ou être banni si nous ne le faisons pas » (faisant référence aux conséquences de grandir), et en effet, la mort de Hook au mains du crocodile. Nourrir le public à la cuillère avec des moments d'émotion et refuser de donner de la gravité aux nombreux moments de vie ou de mort de la série a laissé cette production essentiellement édentée. Le Théâtre National Peter Pan est une merveille technique avec de nombreuses bonnes performances mais n'oubliez pas : la seule chose qui sépare Peter Pan depuis Seigneur des mouches c'est de la poussière de fée.

Peter Pan joue jusqu’au 21 avril 2024 au National Theatre, 1321 Pennsylvania Ave NW, Washington. Des billets (69 $ à 139 $) sont disponibles en ligne ou à la billetterie.

Les acteurs et les crédits créatifs de la production en tournée sont ici.

Sécurité COVID : Les masques sont fortement recommandés mais pas obligatoires pour tous les détenteurs de billets. Pour le protocole COVID complet, rendez-vous ici.

L'interprétation ASL est disponible lors de la représentation de 14h00 le samedi 13 avril. La description audio est disponible lors de la représentation de 14h00 le samedi 13 avril et de la représentation de 13h00 le jeudi 18 avril.

A lire également