Texte et mise en scène Julien Fišera
Images Jérémie Scheidler
Musique Alexandre Meyer
Mouvement chorégraphique Thierry Thieû Niang
Avec Vladislav Galard, Thomas Gonzalez, Ludovic Ducasse et
Nassim Kortbi

Toni et Justice, deux comédiens en voyage sur un bateau de croisière, préparent un spectacle sur le couple Lennon / McCartney. Peu à peu la vie brisée des deux jeunes hommes se dévoile en croisant l’histoire de la promulgation du Civil Rights Act du juillet 196 et qui inscrit sur le papier l’égalité des Noirs et des Blancs. Les Beatles se produisent à Jacksonville en Floride le 11 septembre de la même année, lors d’une conférence de presse à Denver une semaine auparavant, ils avaient menacé les promoteurs du concert de ne pas jouer à Jacksonville tant que le public ne serait pas mélangé. Pendant ce temps, l’ouragan Dora frappe violemment la côte Est des Etats-Unis plongeant la ville dans le noir et dans un chaos généralisé.

C’est ainsi que Blackbird, entre théâtre, cinéma et vidéo, incorpore les histoires personnelles à l’Histoire du XXe siècle , aux mythes de l’époque de Marilyn Monroe, à celle du chanteur Claude François métaphore d’un malheur. La pièce parle de la naissance, la dérive et le naufrage, une chute qui flirte avec l’autodérision, de la génération la plus politisée qu’ait jamais connue les Etats-Unis, et qui se révèle dans l’imaginaire contemporain d’imaginer comme un temps des changements possibles, répondant en cela au besoin actuel d’un espoir.

Le spectacle est adapté aussi pour les personnes sourdes ou malentendantes, l’auteur / metteur en scène à conçu un dispositif scénique qui permet à ce type de public d’habitude ignoré, d’accéder à une compréhension complète et à une meilleure appréciation de la pièce. Jusqu’à en imprégner la dramaturgie, par des aller-retour entre l’action de « dire » et l’usage de la langue des signes, en nous rappelant que chaque geste est parole en théâtre. C’est ainsi que les deux personnages mineurs, interprétés par les acteurs Ludovic Ducasse et Nassim Kortbi, se font porteur à fur et à mesure du déroulement du spectacle, des réflexions sur la normalité et les codes qui la garantissent.

L’incipit est le dernier concert des Beatles sur les toits de Londres le 30 janvier 1969. Le concert fut interrompu dès son début par la police pour perturbation de l’ordre public. Il sortait de l’ordre naturel des choses. Après cette journée, les quatre jeunes de Liverpool, ne se retrouveront plus pour jouer. Une dissolution – peut – être – sous la pression du marché du monde musical. Ces événements par lesquels l’auteur semble raconteur notre jeunesse, les difficultés et les obligations à se confronter à une société qui nous demande d’être réalistes. Autant dans les relations que dans le travail. Ainsi nous semble-t-il, mais probablement nous projetons, deux ans d’état d’urgence qui nous ont fatigués. Pourtant la force et la particularité du spectacle est d’interroger par le passé notre époque, et qu’en passant par les conseils suicidaires de l’acteur Thomas Gonzalez témoin tragi-comique du désespoir ( il a joué aussi dans le beau spectacle Je suis Fassbinder) arrive enfin à nous toucher.

Prochaines représentations :
Opération Blackbird
31 mars 2017 > Festival Terres de paroles.

Du 25 février au 1er avril 2017 : Festival Artdanthé.
Artdanthé est un festival interdisciplinaire créé en 1998 au sein du théâtre de Vanves par son directeur José Alfarroba.
Ce rendez-vous propose une programmation internationale dédiée à la jeune création contemporaine, tout en faisant la part belle à des chorégraphes plus confirmés. Le théâtre, la musique, les arts visuels et la performance y ont leur place, durant plus d’un mois au sein de la ville de Vanves.

Vous pouvez également suivre tout au long du festival la Radio Artdanthé de Thomas Quillardet

A propos de l'auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.