Au bord d’un précipice instable, un professeur se tient sur une scène rouge. Il se retrouve dans un amphithéâtre où il prépare son cours d’économie. Sur cette scène rouge placée au milieu de la scène, une constellation de personnages défile à tour de rôle. Une mise en abîme qui reflète la justesse de cette mise en scène, mettant l’accent sur l’aspect romanesque de la pièce.

Par sa structure éclatée et l’atomisation de la parole, Presque égal à est une pièce qui exige une mise en scène tonique et un haut degré de malléabilité des acteurs. Écrite en trois actes, elle se déroule de manière circulaire impliquant pour son lecteur la nécessité de réviser ses propres chemins cognitifs. Comprendre le kaléidoscope du discours performatifs des personnages devient un effort. Les discours sont définis par la recherche d’un impact immédiat sur l’environnement et les rapports commerciaux, sans interroger la valeur philosophique de ceux-ci. Nous sommes constamment distanciés du drame.

livre

Bien plus que des personnages singularisés par leurs identités, ils emploient comme moyen de communication, d’actes de parole, un professeur, une vendeuse, un étudiant, un chercheur d’emploi, etc. Le canevas de personnages est relié par Peter, un SDF toujours nommé ou présent sur scène. Cet homme sans abri est une présence constante dans leurs rapports. Les répliques de Peter sont basées sur la répétition du comique, sans avis ni discours particulier, il déambule sur scène.

Nous sommes constamment confrontés au discours performatif ainsi qu’à la rupture de l’illusion théâtrale. Le cynisme philosophique de la pièce est mis en valeur par la fonction de l’écran pédagogique et narratif illustrant les cours d’économie, valorisant la suite de la fable. Le professeur d’économie comme dans un one-man-show expose son scénario circassien à l’aide de paillettes comme moyen d’autodérision.

presque égal à-184339-cre_dit_anissa_kaki

Le choix de costumes réalistes renforce les multiples moyens de distanciation qu’emploie la mise en scène, parole rapportée, complétée ou corrigée, où la pensée des personnages peut surgir de celles des autres au profit d’un seul et unique discours, la valeur d’une expérience. Rythmée par la polyphonie, la valeur de notre divertissement est analysée économiquement grâce l’acidité et la cruauté de nos rapports sociaux. La quête identitaire des personnages, leurs egos économiques sont exposés en chiffres. Cette valeur est définie par une formule qui détermine le coefficient de divertissement tout au long du cours d’économie. Qu’en est-il de la gratuité de nos expériences et nos relations ?

La quête identitaire des personnages reflète la banalisation de nos personnalités aux dépens de l’aspect économique de nos métiers, les rituels de nos institutions et l’impossibilité d’une rupture commerciale. Les acteurs sont enveloppés de lumière malgré la présence ou le jeu d’autres personnages sur scène.  La lumière suggère la singularité de chaque réplique séparant les portraits au milieu de désastres économiques. La sœur de Peter a un accident et l’on hésite à lui apporter de l’aide.

Erratique, perdue, obscure, une dame secourt la sœur de Peter. Nous louons la diction et la voix de ce personnage (joué par Françoise Roche ) qui conclut la pièce avec dramatisme. Ses gestes d’abandon illustrent la grande beauté de la solitude. Elle résume ainsi l’argument majeur de la pièce : le secours que l’on prête doit être justifié par une force majeure quand la vie se trouve en péril. Faut-il un « véritable » événement pour justifier l’aide apportée aux gens ? Il faut que l’aide devienne une nécessité.

 

DISTRIBUTION

De Jonas Hassen Khemiri
Traduit du suédois par Marianne Ségol-Samoy

Mise en scène Emmanuelle Jacquemard

Avec Rachel André, Rémy Coquelet-Ferreira, Cyril Fragnière, Anissa Kaki, Loic Renard et Françoise Roche

Collaboration artistique May Roger

Scénographie Pauline Bernard

Création lumière Fiber Dumortier

Création son Caro Denne

 

Du 21 février au 4 mars 2018

Au Théâtre de Belleville

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.