L’histoire de Jack l’Eventreur, ou comment un fait divers a défrayé la chronique pour devenir un mythe?Mythe ou légende urbaine ? Le mystère de Jack continue à fasciner.

En 1888, le district londonien de Whitechapel est en proie à la terreur : des femmes sont retrouvées égorgées, sauvagement assassinées, les corps tailladés de coups de couteaux. Mise en scène par Stéphanie Wurtz d’après une nouvelle de Pierre Dubois, L’Eventreur est une tragi-comédie-enquête qui aborde un sujet grave sur un ton enlevé.

Dans la véritable histoire de l’affaire de Jack L’Eventreur, le vrai coupable n’a jamais été retrouvé malgré une vaste opération policière. Cette lacune donne à bien des interprétations et des extravagances. Stéphanie Wurts nous livre ici une lecture magique, voire ésotérique de ce fait divers.

Ponctué par des accords de piano et la voix fluette de Delphine Guillaud, le détective Marmaduke (François Lis) mène l’enquête. A mi-chemin entre un Hercule Poirot et un Sherlock Holmes à la Guy Ritchie, notre détective flanqué d’Ackroyd (Vincent Gaillard) est perspicace et s’aventure en dehors des chemins battus de la pensée cartésienne. Quête spirituelle, magique, le tueur prélève des organes sur chacune de ses victimes. Que cherche-t-il ? Qui est-il ? La surprise est là, en embuscade, à la fin de la pièce…

Une pièce qui met en scène la quête spirituo-macabre d’un homme, l’Eventreur ravira le plus grand nombre de par le charisme et la qualité de jeux des comédiens, la mise en scène rythmée et musicale ainsi que l’odeur troublante des vieilles pierres de la salle du théâtre de l’Essaïon.

Du 13 janvier au 09 juin 2018.

Au Théâtre Essaïon.

l'éventreur à l'Essaion

Une réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.