Les passagers de l’aube ou les passagers de la clairvoyance. Cette pièce s’articule autour d’une possibilité d’une « autre vision ». Et si tout ce que nous croyons savoir ne se limitait pas à ce que nous voyons mais à cette étendue de choses intouchables, invisibles, inconnues …

Il fut un temps où nous ne croyions pas à des faits sous couvert que ceux-ci n’étaient pas prouvés scientifiquement. Aujourd’hui, ils le sont. Et Nous y croyons. Et si ces expériences de mort imminente ne demandaient qu’un peu plus de temps pour être avérées ? Devrions-nous les ignorer, même les rejeter sous prétexte qu’on n’en est pas encore là ?

Crédit Philippe Hanula 2018

Les passagers de l’aube est l’histoire de Noé, un chirurgien interne, sur le point de clôturer sa thèse qui se retrouve confronté à la possibilité d’une autre réalité. Dans sa quête effrénée, il est confronté à sa directrice de thèse et à son collègue-ami qui n’y croient guère. De fait, le risque qu’il encoure est la mise à mal de sa carrière professionnelle. Est-ce suffisant pour l’en dissuader ?

Entre la quête d’amour avec Alix qui partage sa vie et la quête de vérité qui vient tout bouleverser, nous assistons à un vrai acheminement de la science et de la spiritualité. Est-il possible que s’épousent raison et émotions ? ou l’un doit immanquablement annuler l’autre ? Au-delà d’être une représentation intelligente et travaillée, on assiste à un vrai questionnement existentiel qui concerne tout un chacun et qui peut véritablement influencer le chemin de vie et l’appréhension de l’après vie.

Les personnages sont à l’image de ce questionnement et aspirent à différentes vérités : Alix représentée par la talentueuse Florence Coste est la réincarnation de la légèreté et de la vie en rose. Elle rêve de voyage, d’amour et d’art. Refusant de s’adonner à la vie virtuelle, elle est attachée aux échanges épistolaires avec son amoureux, ce qui est pour elle, la réalité que doit revêtir la vie. Noé est lui interprété par le magnanime Géorgy Corre qui a su nous transmettre les incertitudes et dilemmes auxquels son personnage faisait face. Les personnages de Jeanne et du professeur Schwartz et de la voyante ont été joués avec beaucoup de justesse et de sensibilité par Mathilde Moulinat, ce qui a traduit un réel talent scénique. Une mention spéciale pour Nicolas Taffin qui a été extraordinaire dans le rôle de Roman, l’homme revendiquant l’absurdité des EMI, du passeur mais surtout dans celui du professeur Mercier.

Le jeu très fluide et avisé des comédiens et leur rapidité à passer d’un personnage à un autre ont permis une continuité très agréable dans le jeu. Le choix des lumières de Stéphane Baquet a ajouté à la pièce une vraie dimension d’« au-delà » et a su nous captiver durant tout le long.

Les passagers de l'aubeLa mise en scène de Violaine Arsac dans son ensemble est une vraie réussite, mêlant l’humour au drame, le chant aux larmes. Viennent se greffer critique de l’esprit du spectateur et émotionnel décuplé. Il est dur de ne pas en ressortir de ce spectacle avec une remise en question demeurante. Dans le public il y a eu des rires et des larmes, notamment à la toute fin du spectacle lorsque Alix disparait tentant de communiquer avec Noé depuis l’autre monde, les deux souffrants de la séparation déchirante. Il est évident que c’est là une scène parlante à toute personne ayant perdu un être cher, et qui espère secrètement que ce dernier demeure présent dans un espace suspendu entre ciel et terre.

Les passagers de l’aube, un beau spectacle qui invite à la réflexion à propos de la vie, de la mort, de l’amour et du sens que je vous conseille vivement d’aller regarder.

Un livre est édité d’après la pièce aux Editions Les Cygnes.

Du 09 janvier au 09 février 2020. 

Au Théâtre 13.

Les dates des prochaines tournées :

–       Le 20 mars 2020 à Landivisiau

–       Le 25 mars 2020 à Aubagne

–       Le 1er avril 2020 à St Etienne

–       Le 2 avril 2020 à Le Bourget du Lac

–       Le 3 avril 2020 à St Priest en Jarez

–       Le 17 avril 2020 à Bruges

–       Le 30 avril 2020 à Pezenas

Compagnie Le Théâtre des Possibles

Texte & Mise en scène : Violaine Arsac

Publication de la pièce : Edition Les Cygnes, juin 2018

Avec : Grégory Corre, Florence Coste, Mathilde Moulinat, Nicolas Taffin

Chorégraphies : Olivier Bénard

Lumières : Stéphane Baquet

Décors : Caroline Mexme

Costumes : Clémentine Savarit

Clin d’œil musical : Stéphane Corbin

Graphisme : Cédric Malek

Les passagers de l'aube

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.