Dernière pièce écrite par Jean-Luc Lagarce avant sa mort, c’est bien toujours le retour du fils prodige, thème récurrent qui est abordé, ici, dans Le Pays Lointain, seconde écriture de Juste la fin du Monde, échec lors de sa sortie. Les retrouvailles familiales servent de prétexte à la remémoration d’une vie, celle de Louis dont l’achèvement est proche.

Sur scène, se matérialisent les existences croisées ; une rencontre furtive, une autre bouleversante, une sans lendemain, l’autre disparue. Même celles qui ne comptent pas, s’entremêlent au récit. Les personnages sont les narrateurs de leur propre histoire et jouent parfois celle d’un autre à partir d’une photographie ou d’un souvenir évoqué par Louis. Le prologue se fond avec la narration et la narration avec le discours, sans aucune distanciation avec le fil de la vie.

La scène est dé187460-lepayslointain_chervieuleger__jeanlouisfernandez_009pouillée comme ce qu’il reste de souvenirs à la fin d’une vie, pour ne laisser place qu’au vivant. La voiture délabrée, le mur en parpaing et la cabine téléphonique abandonnée nous plongent dans la nostalgie d’éléments eux-mêmes déjà inertes. L’émotion s’intensifie au cours de la pièce, elle saisit le spectateur par un questionnement continu dont la forme lui est nécessairement familière.

L’humour allège la dureté du propos aussi bien grâce à la langue que dans le jeu des comédiens, notamment celui de la belle-sœur de Louis, Catherine, malhabile et innocente ou celui de la mère d’un réalisme poignant.

Une pièce qui parvient à mettre en scène la complexité du retour sans qu’il soit fatalement regret.

187460-lepayslointain_chervieuleger__jeanlouisfernandez_008

« Histoire donc, ce que tu as dit, histoire d’un jeune homme, d’un homme jeune encore, histoire d’un homme jeune à l’heure de mourir, qui décide de revenir sur ses traces, revoir sa famille, retraverser son Monde, à l’heure de mourir. 

Histoire de ce voyage et de ceux-là, tous ceux-là, perdus de vue, qu’il rencontre et retrouve, qu’il cherche à rencontrer et retrouver. »

 

 

Le Pays lointain, Jean-Luc Lagarce

Mise en scène, Clément Hervieu-Léger

Avec Aymeline Alix ; Louis Berthélemy ; Audrey Bonnet ; Clémence Boué ; Loïc Corbery de la Comédie-Française ; Vincent Dissez ; François Nambot ; Guillaume Ravoire ; Daniel San Pedro ; Nada Strancar et Stanley Weber.

Création au Théâtre National de Strasbourg le 26 septembre 2017

Du 15 mars au 7 avril 2019. (19h30 du mardi au samedi, 15h le dimanche)

Au Théâtre de l’Odéon.

Durée 4 heures (avec un entracte)

cccc

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.