Qui d’entre nous ne s’est jamais émerveillé en lisant ou en regardant les adaptations Disney du « Livre de la Jungle », un recueil de nouvelles, écrit par Rudyard Kipling et paru en 1984, dont l’inspiration naît lors de ses années passées en Inde.

Aujourd’hui, c’est sous la forme d’une comédie musicale que nous revisitons l’histoire de Mowgli au Théâtre des Variétés où nous retrouvons un public diversifié. Le spectacle qui dure environs 80m retrace la vie du petit d’homme depuis sa naissance jusqu’à son règne sur la jungle en passant par toutes les péripéties et les dangers qu’il rencontre au cours de son acheminement.

Histoire :

Mowgli est un petit être retrouvé et sauvé par Bagheera la panthère noire et confié à la famille loup afin qu’il puisse grandir dans un environnement protégé, loin des mésaventures et dangers de la jungle. Il grandit ainsi parmi les enfants loups qui le considèrent comme un des leurs jusqu’au jour où Shere Khan, le tigre mangeur d’hommes, se met à sa poursuite pour se venger des humains. C’est donc ainsi que commence toute une série d’épreuves et d’aventures qui conduiront Mowgli à se dépasser et à devenir un vrai homme. Si Mowgli a vécu jusqu’ici dans un cocon familial protecteur et aimant, la nécessité de fuir et de quitter ses proches lui apprend qu’il faut toujours se méfier de ceux qui prétendent vouloir l’aider et le protéger. Bien heureusement, il peut toujours compter sur ses deux fidèles amis Bagheera et Baloo, l’ours comique au grand cœur.

photo tous droits réservés Fabienne Rappeneau. Toute utilisation, diffusion interdite sans autorisation.

Fabienne Rappeneau

Mise en scène :

A travers le défilé des comédiens suite aux différentes interprétations, nous avons pu retrouver les personnages clés de l’univers de Mowgli. Leur intrusion dans la salle a permis aux enfants de se sentir au cœur de l’histoire et embraqués dans l’aventure. Cédric Revollon s’est réellement appliqué et a offert un rendu remarquable du Shere Khan tyran et effrayant ainsi que du Père loup et du Colonel Hathi. Le choix de Tom Almodar pour le personnage de Mowgli est un choix distingué car le comédien miroite toute l’innocence, la souplesse et l’intelligence que nous nous représentons dans notre imaginaire collectif du petit Mowgli. Terja Diava a également été une Bagheera tout en sensualité et en douceur dans son rôle de la protectrice aimante et dont nous avons senti une bonne maîtrise de sa corporalité tout au long du spectacle. L’équipe était cohérente et harmonieuse. Les costumes de Corinne Rossi étaient modernes et réussis et mettaient en valeur les comédiens. Le mélange du chant et de la danse a donné une dimension festive et joyeuse qui a fait le plaisir des yeux et des oreilles des spectateurs.

photo tous droits réservés Fabienne Rappeneau. Toute utilisation, diffusion interdite sans autorisation.

Fabienne Rappeneau.

Si nous devions retenir une morale de cette histoire, sans doute celle que ce spectacle tente de véhiculer, il s’agirait de la nécessité de sortir de sa zone de confort et d’affronter ses peurs intérieures, aussi grandes soient-elles. Mowgli est l’image même de l’humain en apprentissage. Grandir, se construire, doit passer par des erreurs et parfois par la douleur. Mais, la finalité ne peut être que positive, à l’image du dénouement où le pardon et la compassion sont un autre message véhiculé dans cette représentation ; Mowgli, qui était menacé par Shere Khan, est à présent maître de la jungle lorsqu’il réussit à conquérir le feu sacré. Ainsi, il décide de pardonner à celui qui voulait le tuer et lui donne une chance de se sauver. Pardonner à celui qui nous a voulu du mal est sans doute une belle vertu pour l’homme.

C’est également avec intelligence que le spectacle attire l’attention sur l’état de notre terre et de la nature, aujourd’hui. Avec beaucoup d’humour et d’enjouement, Baloo, l’ours écolo et ses amis, nous rappellent qu’il serait judicieux d’agir pour le bien de tous en mangeant Bio, en triant les déchets et en faisant attention à la nature.

22770050_1446581362077311_373526424903982142_o

Au final :

Ce spectacle est une création moderne qui invite à revisiter Le Livre de la Jungle sous un angle autre que l’adaptation Disney, avec du chant (de nouveaux textes), de la danse et qui, de plus, aborde un sujet d’actualité qui est celui de l’environnement.

Jusqu’au 02 mars 2018.

Au Théâtre des Variétés

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.