Seule en scène dans l’atmosphère intimiste de ce petit théâtre, physiquement et émotionnellement proche du public, une jeune femme qui a des airs ingénus et de grands yeux innocents d’éternelle petite fille, met son cœur à nu avec une voix pure et touchante. Dans une mise en scène sobre et efficace elle remonte le fil rouge du temps matérialisé par le décor avec des photos et les étapes d’une vie à la fois particulière et universelle, car cette pièce renvoie chacun à son propre parcours, ses peurs, ses doutes et la douleur de la perte des êtres chers. Les moments de tendresse alternent avec les clins d’œil humoristiques et va jusqu’à la distance de l’autodérision.

Le personnage au nom problématique (Bunny) se souvient des moindres détails du passé, hanté par le souvenir d’une mère trop tôt disparue avec laquelle la jeune femme adulte renoue un dialogue fragile et bouleversant. Les extraits de sa correspondance avec sa mère créent un effet de douce polyphonie en sourdine dans une atmosphère familiale et familière, avec l’évocation de l’enfance, de l’école et de la vie dans ce qu’elle a de plus ordinaire. Les souvenirs ainsi égrenés, dans la plus grande simplicité et sans la moindre emphase, résonnent comme des clichés du quotidien mais en même temps sont aisément partagés dans un moment de sympathie poignante.

Ce sont quelques rares instants précieux dérobés au néant et à l’oubli, pleins de poésie et de grâce légère.

 Le Fil rouge 
Texte et interprétation de Bunny Chriqui
Mise en scène : Allan Houdayer et Bunny Chriqui

Du 19 janvier au 8 mars 2020. 
Au Théâtre La Croisée des Chemins.
Tél 01 42 19 93 63

Le Fil rouge

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.