Dans une expo qui durera jusqu’au 28 avril

« Sog Ur Mother Is Open at Night 2 », est le deuxième volume d’une expo organisée à Dar Abdellatif.  A travers ce titre, El Moustach, ou Hicham Gaoua fait référence à la fameuse réplique de Athmane Ariouette dans le film « Une famille comme les autres ».

t

En pénétrant dans le patio de Dar Abdellatif, on découvre les nombreuses facettes de la pop culture algérienne. Les installations reviennent sur la vie de tous les jours : caisses de limonade, table et chaises pour rappeler l’ambiance des cafés algériens. Mais aussi un fil à linge où sont suspendus des T-shirts créés par El Moustach. « El qâada », reste une œuvre majeure. Il s’agit d’une impression sur faïence où l’artiste nous fait découvrir les grandes figures musicales et populaires algériennes.  Hadj M’hamed El Anka, Cheb Hasni, Dahmane El Harachi, Zineddine Zidane, Lotfi Attar, l’inspecteur Tahar ou encore Matoub Lounes. Tous réunis dans le patio d’une maison à la Casbah.

aCette exposition regroupe aussi des œuvres à mi chemin entre la peinture et le dessin assisté par ordinateur. On trouve ainsi Miss Hayek et ses déclinaisons, cette femme qui porte des baskets mariant modernité et traditions ancestrales. Ensuite vient Bruce Lee avec sa brique et  Al Pacino, tenant une baguette de pain comme un mitrailleur. Ces deux acteurs rejoignent un univers algérien avec des messages et des sous entendus cachés derrière les symboles utilisés. À propos de son style qui est un mélange d’humour décalé et de surréalisme, El Moustach a déclaré : « Avec les plateformes numériques, on a la chance de diffuser le contenu de notre travail sans censure».

Au fond du patio, se dresse le portrait du héros et celui de  sa voiture : une Peugeot 504, qui fait office de taxi. Une particularité, la voiture carbure aux mentions j’aime des fans.  L’artiste nous confie à ce propos « Mon héro est proche du peuple».

Plus loin, sur les murs de Dar Abdellatif, on retrouve l’ambiance du film « Carnaval Fi Dechra ». Le portrait de « Mkhlouf El Bombardi »  nous fait plonger dans un univers électoral. Le candidat est bien entendu l’icône du cinéma algérien, Athmane Ariouet. « C’est un phénomène social, toutes ses répliques créent la frénésie avant de  devenir cultes», a conclu El Moustach. Au final, les œuvres exposées montrent la pop culture à travers des tendances  et des personnages qui font partie de la conscience collective.

g

 

Artiste PopArt, El Moustach a participé à des événements de street art à Alger mais aussi à l’étranger. En 2017, il a pris part à l’exposition collective « PopArt from north Africa » dans une galerie londonienne.

 

 

 

z

 

 

A propos de l'auteur

Fadhel Zakour

Diplômé en presse écrite, il travaille dans le domaine du livre. Amoureux des beaux arts et des belles lettres, il collabore avec le premier magazine littéraire en Algérie (L'ivrEscQ). En 2016, il a publié son premier recueil de poèmes "L'Empire des mots", chez Edilivre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.