Spectacle nommé aux P’tits Molières 2018 (meilleur spectacle d’humour), ces huit sketches extraits de l’œuvre de Jean-Michel Ribes s’interrogent sur le mode humoristique sur toutes les situations de prise de bec que peut connaître un couple qui se « bouffe le nez » comme sur l’affiche, sujet qui semble familier mais qui est ici revisité avec originalité : lassitude, crise, complicité, rupture, manie, coup de foudre, folie et jalousie. Pendant un peu plus d’une heure, sur un rythme trépidant et avec une économie de moyens étonnante, le trio (un homme, deux femmes avec toutes les configurations possibles : monologue, duo, trio) qui n’est pas sans rappeler celui des vaudevilles aux accents un peu surannés permet de faire défiler dix-sept personnages hauts en couleur.

xxxLes trois comédiens changent de costumes sous nos yeux (variations de détails autour de vêtements souvent noirs et d’une grande sobriété) comme par magie et mettent en place les éléments du décor en papier ou en carton avec des trouvailles poétiques presque surréalistes, comme pour souligner l’illusion théâtrale ainsi dénoncée. Les lumières et la musique recréent des atmosphères contrastées allant de la chambre conjugale initiale à un commissariat de police, en passant par un intérieur bourgeois, une ambiance de vacances, un balcon (aux antipodes de Roméo et Juliette), un grand magasin, les abords d’une loge de théâtre et le massacre du rêve vénitien.

Les dialogues regorgent de jeux de mots et de mots d’esprit, jouant souvent sur les registres, les sous-entendus et même les accents régionaux avec une variété et une richesse de gammes. C’est toute la société et la famille qui sont passées au scalpel avec des moments caricaturaux, pleins de démesure joyeuse et de frénésie jubilatoire, ce qui n’exclut pas des moments plus sombres et grinçants, avec des accents de vérité qui permettent à chacun(e) de se reconnaître. Ce voyage sentimental avec ses hauts et ses bas réserve bien des surprises : allusions à Andy Warhol, Churchill, Louis XV et surtout une charmante tomate aussi rouge que la passion qu’elle suscite.

Comédie de Jean-Michel Ribes

Mise en scène : Frédéric Gray
Assistante mise en scène : Géraldine Clément
Avec : Alexandra Causse, Julie Fabioux, Frédéric Gray
Bande son : Matthieu Dessemme

Jusqu’au 27 janvier 2018.

A la Folie Théâtre, (6 rue de la Folie Méricourt 75011 Paris)/ Tél : 01 43 55 14 80

aaaa

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.