Dans une des petites salles du Théâtre de Nesle, l’atmosphère intimiste et la proximité avec le public conviennent tout à fait à ce one-man show. On voit rarement des comiques asiatiques et ce spectacle truculent est original et inattendu. Plus subtil qu’un simple « Comment peut-on être persan en France ? », ce monologue s’interroge non seulement sur la rencontre avec l’Autre, le choc attendu des cultures mais aussi sur le retour au pays natal d’un fils prodigue en costarad cravate, roulant sa valise qui n’est pas en carton, lourde de souvenirs et remplie de clichés (les us et coutumes nippons, la politesse). Le voyageur naïf s’étonne de tout, s’exclamant de manière récurrente, les yeux exorbités avec des expressions clownesques en découvrant progressivement les changements d’un pays qu’il a quitté depuis plus de vingt ans, la manière de parler et de se comporter de ses anciens compatriotes, l’écart avec les nouvelles générations. Lost in translation.

Cette tension permanente et ces rebondissements créent une angoisse existentielle désopilante dans des situations cocasses qui sont déclinées comme dans un Dictionnaires des idées reçues sur le Japon – et accessoirement sur la France : à l’aéroport, aux toilettes, dans la rue, devant les distributeurs de billets de train ou de boissons, dans un magasin, une banque ou un restaurant, en famille. Chaque scène (ou épisode) est vécue sur le mode burlesque avec force grimaces, gesticulations, déplacements en rond avec une valise à roulettes, notre héros jouant le rôle du Candide de service errant de mésaventures en déconvenues. Au décalage et au décentrement (le Japon présenté aux Français par un Japonais et symétriquement la France vu par un Japonais vivant en France) qu’Amélie Nothomb a su partager avec ses lecteurs (notamment dans Stupeur et tremblement) s’ajoute une problématique toujours d’actualité, plus complexe que le simple jeu de miroir : celle de l’identité du migrant éternellement déraciné où qu’il soit, si bien que la question finale sera moins « être ou ne pas être japonais » mais où suis-je et qui suis-je ?

a

Ecrit, mis en scène, réalisé et interprété par Akihiro Nishida

Au Théâtre de Nesle, (8 rue de Nesle 75008 Paris, tél 0146346104)

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.