« La face nord d’un sommet, c’est la plus difficile, la plus glissante, la plus dangereuse »*. La compagnie Un loup pour l’homme signe ici sa deuxième création, après Appris par corps. Pour l’élaborer, les créateurs Alexandre Fray et Frédéric Arsenault ont fait diverses expériences, comme passer une journée les yeux fermés. Ils ont aussi testé certains passages dans plusieurs lieux et pays, avant d’en arriver à un spectacle complet, le but étant également de « trouver une méthode de travail »* qui leur soit propre. Ils sont entourés par une équipe venue aussi bien du cirque que du théâtre physique ou de la danse. Ce spectacle a déjà été donné plus de 200 fois et quatorze artistes se sont succédés sur scène.

Face Nord donne à voir plusieurs tableaux où sont mis en scène jeux et défis. La première scène voit s’affronter deux hommes vêtus en footballeurs américains, tandis que deux autres se font tomber. Cette amorce de combat ne se poursuivra pas ; au contraire, « elle s’atténue et se transforme » et la « douceur » – que l’on n’attend pas forcément dans un spectacle de ce type – prend le relais. « Au fur et à mesure que les corps s’épuisent, que les difficultés s’accumulent, les quatre personnages doivent s’entraider et unir leurs forces ». Comme une équipe d’alpinistes encordés qui comptent les uns sur les autres et doivent avancer les pas dans les pas du précédent, les artistes évoluent jusqu’à l’harmonie parfaite de la dernière figure.

Les acrobates déambulent au centre du public sur une scène carrée de tatamis verts qui forment le seul décor. Les corps se mêlent, s’entremêlent, se retiennent, s’attrapent, se poursuivent. Cette gestuelle, cette association des corps développe l’imagination du spectateur ; il se crée alors son propre décor, sa propre histoire. Ici, un homme semble traverser une rivière sur un pont formé des trois autres, pour ensuite devenir une nouvelle partie du pont que le suivant de ses camarades pourra emprunter, avant qu’un troisième prenne le relais. Là, deux alpinistes semblent se consulter pour savoir quelle voie emprunter face à la paroi, formée par les corps en équilibre des deux autres, qu’ils doivent affronter. Ici encore, quatre aventuriers évoluent sur un parcours semé d’embûches – crevasses, précipices, faille étroite…

L’humour tient également son rôle et naît des multiples trouvailles de mise en scène – comique de répétition, renversement de situations, échanges de regards. Enfants comme adultes sont conquis ; les rires fusent, on s’émeut, on retient son souffle, on retrouve sa part d’enfance et « l’univers ludique » avec bonheur. « Nous abordons ici la conquête du groupe, en recherchant les prémices de notre quête acrobatique dans l’univers des jeux d’enfants, en questionnant nos relations d’hommes en devenir à la lueur de cette innocence enfouie dans nos corps d’adulte »**.
Dans ce spectacle, il s’agit également de « jouer sur les limites »*. Certaines figures sont chaque jour différentes, les défis qu’ils s’imposent – comme sauter du dos de l’un à celui de l’autre en s’éloignant peu à peu – pouvant aller plus ou moins loin. Et si, imposés par les impératifs de la représentation, beaucoup d’éléments sont figés, beaucoup de règles strictes, celles-ci peuvent également être remises en question.

Le prochain spectacle d’Un Loup pour l’homme est en cours de création, on espère le découvrir bientôt. En attendant, vous pouvez aller les yeux fermés (au sens figuré et non propre comme l’ont expérimenté les créateurs !), toutes générations confondues, vous régaler de cette magie du cirque.

* Propos recueillis à l’issue du spectacle auprès d’Arno Ferrera, retranscris au plus proche sans l’être au mot près.
** Plaquette de présentation de Face Nord.

Programmé lors de la Saison culturelle de la ville de Pantin.
Programme de la tournée de la Cie Un Loup pour l’Homme.

A propos de l'auteur

Pauline Monnier

Pauline est éditrice aux éditions Lextenso (spécialisées en droit). Amatrice de théâtre et de cirque tout autant que de littérature et d'expositions, elle se passionne également pour les voyages, ayant notamment traversé huit pays d'Asie huit mois durant.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.