Le cabaret Electrique présente un spectacle original, pour ne pas dire déroutant : le cirque Hentai.
Le mot « hentai » qui signifie en japonais « perversion » ou « métamorphose » est utilisé en occident pour designer les mangas pornographiques. Le cirque Hentai se propose donc de mettre en scène une large partie de la culture manga-pop japonaise, à savoir le cosplay, les princesses-lolitas et leur univers rose-bonbon-dégoulinant-kitsch-sucré, le fétichisme, en passant par diverses pratiques sexuelles plus ou moins étrangement déviantes (ces dernières sont représentées de manière imagée mais non sans une certaine puissance évocatrice…)

La culture manga, très largement répandue en occident depuis plusieurs années déjà, (d’ailleurs les français sont les deuxièmes consommateurs de mangas dans le monde, derrière les japonais) son imagerie est devenue très commune dans le champ culturel, presque au même titre qu’un Mickey ou un Donald de Walt Disney. Qui n’a jamais vu un de ces personnages aux yeux immenses, aux cils et aux cheveux interminablement longs ?
Ce que présente le cirque Hentai n’est pas un simple éventail des pratiques de la culture fétichiste/kawai/manga/pop, mais un regard empreint d’esprit critique, de références littéraires classiques, ainsi que d’un sens de l’esthétique aigu. Telle une pièce théâtre romantique à la Hernani, Le cirque Hentai mêle le sublime et le grotesque, le dérangeant et le poétique, le kitsch sulfureux et la grâce.

Princesses aux seins nus, distribution de petites culottes, motard aux cheveux orange, contorsionniste manipulant des pieuvres… tout est incongru au cirque Hantai, voire provoquant. La critique du monde virtuel des geeks ou des no life est acerbe, créatures réduites à vivre à travers un écran, aveugles et imperméables au monde qui les entoure, fantasmant sur des poupées à la plastique parfaite, malléables à l’infini. Monde condamné à la solitude, sans poésie et sans mystère. Cependant, la pornographie sous forme de dessin animé manga est en effet tentante, le champ des possibles n’a pas beaucoup de limites, le hentai offre l’agrément de pouvoir s’accoupler avec toutes sortes de créatures, dans des contextes et des univers très variés. Mais une question métaphysique subsiste : où tout cela nous mène-t-il ? Question que s’est déjà posée Nagisa Oshima en 1976 avec l’Empire des Sens qui interroge les limites du sexe et la réponse de son film est sans équivoque…

Le cirque Hentai, un spectacle plutôt osé dans la lignée du cirque Electrique. A l’heure de la société du spectacle, des films hollywoodiens à budget pharaonique, la surenchère d’images et d’effets spéciaux, peut-on dire que le cirque Hentai a une esthétique résolument audacieuse ? Au spectateur d’apprécier…

Proposé au Cirque électrique.

A propos de l'auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.