En 1978, Amanda Lear chantait (…) watt to change your destiny (…) If you agree to follow meFollow Me le sombre et sensuel morceau qui fut un des ses succès les plus importants. Aujourd’hui cette icône de la culture populaire, ancienne muse de Salvador Dali, de Andy Warhol et de Davis Bowie entre autres, modèle, chanteuse, comédienne, animatrice de télévision, également écrivaine et artiste peintre, se présente sur la scène du théâtre de La Michodière avec la comédie La Candidate, dans le rôle de Cécile Bouquigny.

L’histoire est simple. Cécile, est ministre de la Jeunesse et des Sports, pour le caprice d’un émir du Qatar. Sur un coup de tête, elle se présente à la présidentielle de 2017, en contournant son parti.
Une accident qui met en scène une famille loufoque engagé dans une campagne présidentielle. Une lutte pour le pouvoir mené à coup fourré. Où Cécile – un candidat sans idées, un programme et sans une conscience civile – se révèle le mal mineur pour la France.

La pièce, doit à la blonde pétillante Amanda Lear, cette verve et cette allure politiquement incorrecte que recherchaient les auteurs – Jean Franco, Guillaume Mélanie, valorisées par la mise en scène de Raymond Acquaviva. Ce dernier mérite d’être signalé aussi pour son jeu d’acteur, en particulier pour l’hilarant, mais attendu « première dame » de France. Sans oublier la sobre et ponctuelle interprétation de Marie Parouty.

Ce séquentiel du vaudeville Panique au ministère, représenté pour la première fois au Théâtre de la Porte-Saint-Martin en 2009, aborde la notion de « politique spectacle », intrinsèquement liée à celle de propagande, qui afin d’influencer et d’embrigader ses électeurs.

Une heure et demie de répliques rythmées et amusantes, mais qui ont seulement éraflé légèrement les consciences du public. Cependant, la pièce se laisse voir avec plaisir, on passe un bon moment de détente. Et nous tous sortons avec le même espoir, voir un jour la sensuelle reine du disco pop à l’Élysée comme présidente. Certains qu’elle pourrait s’entourer de ministres qui conviendront à la nouvelle scène française.

(…) Welcome home Lil’ Abner and Snoopy / Tarzan, great to see you again Hi Sheena, Barbarella, Modesty / glad you could join in the fun / my friends are Superman and Linus / dear Andy Capp and Doctor Strange (…).

*Les chansons – Follow Me et Comics, contenues dans l’ album Sweet Revenge (1978) – ne sont pas présentes dans le spectacle.

Au Théâtre de la Michodière

A propos de l'auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.